BOUARFA ET SES ALENTOURS

La Racine de Bouarfa           LA CONFEDERATION  DES BNIGUIL                  En 1906  les  Bni-Guil (partie importante de Bni Maakil) comptaient  3500 tentes 1  . les Bni–Guil sont une société  de bon voisinage. Ils établissaient des relations avec les tribus voisines et fréquentaient les marchés lointains au Maroc et d'autres pays voisins. Ils sont connus par  leur courage  leur hospitalité et offraient la protection  aux personnes menacées  ou cherchant la notoriété  ce qui a permis l’adhésion  de plusieurs  familles    Berbères, Arabes  respectant les valeurs de la tribu  donnant ainsi la confédération des Bni-Guil. Les travaux  de recherches sur les  tatouages et de signes des Bni-Guil faites par l’artiste montrent bien le brassage de la culture Arabo-Berbère. Afin de protéger leur immense territoire les BniGuil se subdivisent en deux grands groupes: "Bni-Guil chragua" protégeaient la partie Est du territoire  contre les invasions des tribus étrangères   et "Bni-Guil lghraba" protégeaient la partie  Ouest. Le mariage entre les familles des  différentes fractions des Bni-Guil est un facteur principal qui a toujours  assuré le maintient des liens familiaux  au sein de la Tribu. Il est de coutume chez deux  Bni-Guil de parcourir l'arbre généalogique de leur familles respectives  pour trouver un parent commun. Ainsi les Bni–Guils se disent toujours cousins.

Fractionnement des tribus Bni-Guil en  1906 d’après Lt Bauger3

               Khoms             Tribus                oulad Brahim                        oulad Brahim                                oulad Ali Ben Lahcen                                oulad Ramdane                                 oulad Ch'ayeb          oulad Fares                            oulad Fares                                                                   oulad Bellahcen                oulad Hmad                            oulad Hmad ben 'Amer                                                                  oulad Hmad ben 'Abdellah                                                                           oulad  Youb                            oulad Mbarek                                                                  oulad Belkacem                                                                  oulad Badda                                                                  oulad Slama                                                                    oulad Jaber                                                                    oulad Rahhou                                                                   oulad Berrahhou                                                                       oulad Hajji                            oulad Lamouri                                                                   oulad Mhamed ben Nacer                                                                     oulad Hmama                                                                     oulad Ali Ben Yassine
 
    Avec la tribu Laamour  les Oulad Nasser, les Bni-Guil représentent la population nomade  de la province de Figuig et maintiennent des liens étroit entre elles . Leur  principale source de revenu  est l’élevage  d’un cheptel varié ( ovins, bovins, caprins et chameaux) avec une dominance des ovins  distingués par la race dite Bni-Guil, une des meilleures au monde et qui est adaptée aux conditions des hauts plateaux.Cette activité est favorisée par l’ existence  d’une vaste étendue de terrain qui est réduite actuellement à ( 1 522 523 ha ),couverte en majeur partie par l’alfa et l’armoise .Cet élevage obéit à la transhumance des éleveurs a l intérieur de la province ou  d’autres régions riches en pâturage, vers le sud de la province en hiver et vers le nord en été .Quant à l’abreuvement du cheptel, il dépend  de la saison :- 2 fois par semaine de novembre à mars .-3 fois par semaine en mars et avril .-Chaque jour en été .Certaines fractions , les Ouled Brahim et les Ouled Farès  possédaient des jardins  dans l’oasis de Figuig, d’ autres à  Ain chair ,  Néssissa,  Bouarfa et les  points d’eau à l’est et au sud de la région.    La tribu de l’Aamour , possède des liens familiaux avec les  Bni–Guil  et qui comme eux  ont le même mode de vie. Ils sont très attachés à la terre et à leur culture, nomadisent souvent dans  leur commune,  Abou  Lakhal . Certains possèdent  encore des jardins près des sources et  pratiquent une agriculture, sur des petites parcelles, destinée à l’autoconsommation  .     L’agriculture chez les Bni-Guil est limitée aux céréales et tributaire des pluies. Le couvert végétal a subi une dégradation très poussée ces dernières années suite aux effets de la sécheresse  qui a sévi dans la région .Cette situation a entraînée  la réduction du nombre du cheptel  réduisant ainsi le revenu des individus , facteur provocateur de l’exode vers les villes du pays ou vers l’Europe .                                                                                                       L’artiste   

1-  rapport Lt  Bauger octobre 1906 p2          3-  rapport Lt  Bauger octobre 1906 p30->35